En poursuivant son travail autour de la mémoire, l'effacement et la recomposition des souvenirs, l'auteur explore son for intérieur par le biais de deux langages visuels. Dans la photographie, Hernan Podesta entame une recherche conduite par son expérience de l'exil, centrée sur deux axes: culture et mémoire.

Sa peinture, elle, crée un langage de matière et couleurs en faisant émerger des univers en latence. Un lent cheminement d'intériorisation ayant eu comme effet de faire évoluer son œuvre, au départ figurative,  vers une recherche plus abstraite et spirituelle.